LA NOUVELLE SÉRIE GERMINAL EN TOURNAGE AU CENTRE

Au début du mois de février, le Centre Historique Minier a accueilli le tournage de la nouvelle adaptation télévisée de l’œuvre d’Émile Zola, Germinal, presque trente ans après le film de Claude Berri. Après quelques scènes filmées à Lille, sur le site minier Arenberg Creative Mine et au 9/9 bis à Oignies, c’est sur le site de la fosse Delloye que l’équipe de ce tournage à grande échelle a posé ses valises. Du 12 au 15 février 2021, plusieurs séquences ont ainsi été réalisées au niveau de la salle de l’accrochage du puits numéro 1 et de la passerelle de liaison entre les deux puits, après quatre jours de préparation pour créer le décor de la fosse Jean Bart, qu’on découvre dans Germinal.

Durant ce tournage exceptionnel au Centre, une véritable effervescence s’est emparée du musée : plus de 150 personnes étaient présentes, avec toute la logistique qu’implique une grosse production comme celle-ci… En plus des lieux de prises de vues, de nombreux espaces du Centre étaient occupés : le restaurant Le Briquet est devenu à la fois un vaste espace de stockage pour costumes et accessoires et une zone « habillage, maquillage, coiffure ». L’équipe de production s’est installée dans les salles de réunion et la zone sous le triage accueillait un parking technique pour stationner une petite dizaine de camions. Une cantine XXL s’est aussi déployée devant le bâtiment des services techniques, tandis que la boutique a été ouverte pour permettre aux figurants et acteurs de se réchauffer un peu par cette météo très froide. Deux jours de rangement et de démontage du matériel ont ensuite été nécessaires pour que le musée retrouve son calme.

Cette série de 6 épisodes de 52 minutes, écrite par Julien Lilti et réalisée par David Hourrègue devrait être diffusée cet automne sur France 2. On y retrouvera à l’écran de nombreux acteurs confirmés du cinéma français : Thierry Godard, Sami Bouajila, Alix Poisson, Guillaume de Tonquédec, Natacha Lindinger... On a maintenant hâte de découvrir le résultat !

C’est en tout cas une belle expérience de collaboration entre une équipe de musée et une équipe de tournage de fiction qui a été à l’œuvre au Centre Historique Minier.

Des interviews, des photos… : retrouvez les coulisses du tournage sur notre page Facebook.

MÉDIAS : LE CENTRE PLÉBISCITÉ

En ce début d’année 2021, les médias continuent de s’intéresser au Centre Historique Minier : le 18 janvier, Emmanuelle Hibernie, chargée des collections, a donné une nouvelle interview en direct, dans le cadre de la chronique Un jour, une œuvre, sur la chaîne Wéo. Puis, le 28 janvier, des journalistes de l’émission La Quotidienne sur France 5 sont venus tourner au musée pour le présenter dans la chronique intitulée Trésors de France et qui met en lumière le patrimoine français. L’émission sera diffusée le 2 mars à 11h45. Le 4 février, une équipe du 19/20 de France 3 national est venue filmer le Centre et interviewer Karine Sprimont, Directrice de la communication et Virginie Malolepszy, Directrice des archives, dans le cadre d’un reportage sur la situation du Centre Historique Minier pendant cette période exceptionnelle de fermeture. Enfin, entre le 12 et le 15 février, le tournage de la série Germinal a donné lieu à de nombreux reportages, dont notamment de très belles images sur France 2 pour l’émission Télématin.

L'EXPOSITION LUCIEN JONAS, OEUVRES DES HAUTS-DE-FRANCE DANS LES STARTING BLOCKS

Bien que toujours fermé au public en raison du contexte sanitaire, le Centre Historique Minier se prépare toutefois à accueillir les visiteurs et notamment à leur faire découvrir la nouvelle exposition temporaire Lucien Jonas, œuvres des Hauts-de-France, avec la présentation d’un grand nombre des créations du « peintre des mineurs ».

Durant toute sa vie, cet artiste né à Anzin a témoigné d’un attachement profond pour sa région d’origine et pour l’univers de la mine. Peu avant sa mort, Lucien Jonas a émis le souhait que ses meilleurs tableaux et dessins ne soient pas dispersés au hasard des ventes mais qu’ils soient donnés ou cédés à des musées et on le constate, dans les Hauts-de-France, nombreux sont les musées à conserver au moins une œuvre de lui.

Ces trois dernières semaines, l’équipe de conservation du Centre a donc sillonné la région pour récupérer 64 œuvres empruntées pour l’exposition dans 17 musées de la région, parmi lesquels le Musée de la Chartreuse de Douai, La Piscine de Roubaix, le Palais des Beaux-Arts de Lille, le MUba de Tourcoing, l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, le Musée du Touquet Paris-Plage…

L’exposition sera montée très prochainement en vue d’une inauguration dès l’ouverture du musée au public.

UNE RESTAURATION RÉUSSIE

Dans les musées, des accidents peuvent se produite, souvent au détriment des œuvres, parce que les consignes de visite ne sont pas toujours respectées… Dernièrement, le Centre Historique Minier a dû procéder à la restauration de quatre carreaux de faïence datant du XVIIème siècle, abîmés suite au renversement accidentel de la vitrine dans laquelle ils étaient présentés par deux visiteurs. L’intervention d’une restauratrice spécialisée dans ce matériau si fragile a permis de rassembler les morceaux des carreaux cassés, et enfin, après les temps de séchage incompressibles, repeindre les parties manquantes. Même si le résultat de la restauration est absolument bluffant, tous les musées préféreraient éviter ce genre de situation, qui peuvent parfois se révéler irrémédiables.

Bien respecter les consignes de visite, c’est donc aussi respecter les collections de nos musées qui sont uniques pour qu’elles ne cessent de nous émerveiller…