LOCATION D'EXPOSITIONS

> HISTOIRE DES MINES ET DE L'ÉNERGIE

Des hommes pleins d'énergie

© Centre Historique Minier

L’histoire de l’énergie est intimement liée à celle de l’humanité, ainsi qu’à l’histoire des sciences et des techniques. L’homme a d’abord essayé d’exploiter le feu, il a fabriqué des machines et des outils, utilisé les éléments naturels que sont l’eau, le vent et le soleil pour accroître son efficacité. Il a ensuite cherché à comprendre et à maîtriser la vapeur et l’électricité, avant de s’intéresser à l’atome. Cette aventure de l’énergie est aussi et avant tout une histoire d’hommes. De l’Antiquité au XXe siècle, des hommes et des femmes, éminents scientifiques ou autodidactes ingénieux, ont en effet consacré leur vie à chercher, à découvrir, à inventer et à créer des concepts, des procédés et des machines en lien avec l’énergie. Les recherches se font parfois pas à pas, se transmettent et s’enrichissent grâce aux communications dans les académies des sciences. Les XVIIIe et XIXe siècles voient un foisonnement de découvertes qui amènent à de véritables révolutions scientifique, industrielle ou économique et permettent le développement de nos sociétés. Mais sait-on qui est Héron d’Alexandrie ? Qui le premier a défini la notion d’électricité ? De quand date la première turbine éolienne ? Ces scientifiques, ingénieurs, industriels sont nombreux et il ne pouvait être question d’en dresser un état exhaustif. Des hommes plein d’énergie permet de découvrir, à travers une galerie de vingt-six portraits, le parcours et la vie, parfois très surprenants, de ces hommes qui ont marqué l’histoire de l’énergie.

Nombre d’éléments : 6 bannières et 26 panneaux
Dimension des éléments : 60 x 232 cm (bannières) et 80 x 220 cm (panneaux)
Nombre de vitrines : 0
Emplacement nécessaire : 35 mètres linéaires
Conditionnement : Emballages individuels (plastibulle)
Type de véhicule nécessaire au transport : Kangoo, Express
Valeur d’assurance : 8 000€
Prix de location : 600€/2 semaines, 1 000€/mois

TÉLÉCHARGER | Catalogue Des hommes pleins d’énergie

Germinal, fiction ou réalité ?

© Collections Centre Historique Minier

Le 5 octobre 1902, une foule immense assiste au passage du cortège funèbre qui conduit Émile Zola au cimetière de Montmartre à Paris. Des mineurs de Denain, venus en délégation, l’acclament au cri de « Germinal ! Germinal ! ». Cet hommage semble refléter leur appropriation du roman de Zola, leur adhésion à la description du monde de la mine qu’il a racontée. Il faut dire que le romancier, chef de file du mouvement naturaliste, s’est investi d’une mission : celle d’approcher au plus près la réalité. Zola, à la manière d’un journaliste, se documente, étudie les ouvrages, qu’ils soient économiques comme ceux d’Yves Guyot ou techniques comme ceux d’Amédée Burat ou Louis Simonin, mais consulte également des travaux médicaux sur les maladies des mineurs et des publications sur le socialisme. Suivant les principes du Naturalisme, il se rend sur le terrain et la grève déclenchée par les mineurs de la Compagnie d’Anzin, le 18 février 1884, lui offre une opportunité inespérée d’observer un mouvement social sur le vif. Pour ses nombreux lecteurs, Germinal est le reflet exact des conditions de travail et de vie de la communauté des mineurs.

Cependant, Émile Zola est avant tout un romancier dont l’écriture et le talent donnent naissance à un récit passionnant qui peut s’affranchir parfois allégrement de la rigueur du documentaire. Savoir ce qui dans Germinal relève de la réalité ou de la fiction reste donc encore aujourd’hui une délicate question sur laquelle les archives du Centre Historique Minier permettent d’apporter certains éclaircissements.

Nombre d’éléments : 14 bannières
Dimension des éléments : 80 x 190 cm
Nombre de vitrines : 0
Emplacement nécessaire : 35 mètres linéaires
Conditionnement : Emballages individuels (plastibulle)
Type de véhicule nécessaire au transport : Kangoo, Express
Valeur d’assurance : 2 100€ (soit 150€/bannière)
Prix de location : 600€/2 semaines, 1 000€/mois

TÉLÉCHARGER | Catalogue Germinal, fiction ou réalité ?

Femmes à la mine

portraits au XXe siècle

Cours de repassage à l’école ménagère du Groupe de Lens, 1965

© Centre Historique Minier

Basée sur une enquête ethnologique menée sur le rôle et la place de la femme au sein de la société minière du Nord-Pas de Calais, cette exposition propose une série de clichés du début du XXe siècle aux années 1960, pris dans le but d’illustrer des documents de communication tels que cartes postales ou journaux d’entreprises. A ce titre, ils sont le reflet du système d’encadrement mis en place par les entreprises dans le contexte du travail ou de l’éducation des femmes dans les écoles ménagères créées par les Houillères du Bassin du Nord-Pas de Calais, où la jeune fille est préparée à son futur rôle d’épouse et de mère de mineur.

L’exposition Femmes de la mine, portraits au XXe siècle se présente en deux versions : une version sous cadres en bois naturel et une autre sous cadres métalliques noirs, d’un plus grand format, avec passes blancs.

Nombre d’éléments : cadres bois naturel : 37 / cadres noirs : 42
Dimension des éléments : cadres bois naturel : 50×70 cm (1), 46×57 cm (27), 46×46 cm (9) / cadres noirs : 195×78 cm (1), 60×80 cm (27), 46×46 cm (9), 195×78 cm (1)
Nombre de vitrines : 0
Emplacement nécessaire : cadres bois : 30 m linéaires / cadres noirs : 40 m
Conditionnement : cadres bois naturel : 1 caisse de 70 x 110 x 70 cm / cadres noirs : 1 caisse 75 x 110 x 105 cm
Type de véhicule nécessaire au transport : Trafic
Valeur d’assurance : cadres bois : 4 500 € / noirs : 7 000 €
Prix de location : cadres bois naturel : première quinzaine : 155 €, mois : 230 €
cadres noirs : première quinzaine : 460 €, mois : 760 €

TÉLÉCHARGER | Catalogue Femmes à la mine

Ahmed Wladislaw, Dario... tous gueules noires

histoire de l’immigration dans le bassin minier du Nord-Pas de Calais

Cours d’alphabétisation au centre de formation de Noyelles-sous-Lens, 1976

 © Centre Historique Minier

Du 18ème siècle jusqu’aux années 1990, le bassin minier du Nord-Pas de Calais a connu plusieurs vagues d’immigration regroupant 29 nationalités. Ce sont notamment des Belges, des Algériens, des Polonais, des Italiens et des Marocains qui se sont installés dans la région pour répondre aux besoins de l’exploitation du charbon. Cette terre d’asile a représenté pour certains le choix d’un meilleur niveau de vie, pour d’autres celui de fuir leur pays d’origine.

Le premier module de l’exposition itinérante relate une histoire humaine illustrée de photographies et de documents d’archives qui rend hommage à ces hommes et femmes venus d’ailleurs.

Le deuxième module de l’exposition concerne plus spécifiquement les mineurs marocains ; il comprend 86 reproductions liées à l’arrivée, la formation professionnelle et la vie quotidienne de ces hommes. Ce module s’accompagne d’un montage disponible en DVD ou VHS d’une durée de 7 minutes environ, présentant des extraits de films réalisés par les Houillères.

Nombre d’éléments : 15 panneaux et 86 photographies noir et blanc
Dimension des éléments : panneaux : ht 200xlg 98 cm fournis avec structures portantes, bâches ht 270xlg 294 cm et ht 200xlg 80 cm, 80 photos 40×40 cm et 6 photos 86×86 cm
Nombre de vitrines :
Emplacement nécessaire : 55 mètres linéaires au minimum
Conditionnement : 11 caisses dont 10 caisses 41,5 x 39 x 45 cm et 1 caisse 87,5 x 29,8 x 91 cm
Type de véhicule nécessaire au transport : camionnette
Valeur d’assurance : 20 000 €
Prix de location : 600 €/2 semaines, 1 000 €/mois

TÉLÉCHARGER | Catalogue Tous gueules noires